2017. Je vais prendre au bond le «défi Rémolino» (c’est comme ça que je l’appelle).

Rémolino, c’est le nom de plume de Clément Laberge, blogueur de la première heure au Québec (et dans la Francophonie).

«Je formule aussi le souhait que d’autres personnes (re)trouvent l’envie d’écrire un peu plus. Et pourquoi pas que l’année soit marquée par un retour en force des blogues? — ces lieux d’écriture tellement plus libres et plus durables que ne le sont les réseaux sociaux (Facebook étant particulièrement déplorable à cet égard).

Je pense même que je vais, pour encourager un peu le mouvement en ce sens, faire le plus souvent possible des commentaires ou partager des réflexions au bas de textes de blogues plutôt que sur Facebook ou sur d’autres espaces plus éphémères.»

C’est ce que Clément a écrit tout récemment. La formule? Écrire peu, mais écrire plus souvent.

L’exemple de CFD

Carl-Frédéric De Celles, autre blogueur de la première heure, s’est mis de la partie. «Clément a bien raison. Le blogue doit être de retour en 2017.» écrit-il dans son premier billet de 2017, qui fait suite à un billet écrit en mars… 2016.

Et quel retour! Trois billets en une semaine:

  • Chantier numérique: idée #1: la facture commerciale standardisée (FCNS). Proposition audacieuse: il propose que le Québec soit le premier terrain de déploiement global de la FCNS, obligeant toutes les transactions entre entreprises et particuliers à être documentées par un fichier XML standard qui devrait être partagé entre les parties et le gouvernement.
  • Chantier numérique: idée #2: l’information publique.  Rendre public, et intelligemment protégé, les déclarations de revenus de tous pour tous, afin d’augmenter le niveau de confiance citoyenne. Pas une pseudo confidentialité, qui donne trop de valeur à trop d’intermédiaires (données de crédit, transactions immobilières, etc.).
  • Chantier numérique: idée #3: Fiscalité simplifiée (et donc compréhensible). Notre gouvernement devrait être le logiciel d’impôt qui fournit un rapport d’impôt pré-complété, question de simplifier ce qui n’a plus à être compliqué dans une ère numérique et permettrait de rendre claire la contribution que l’on apporte individuelle au bien commun par ses impôts.

Les billets sont courts, les idées vont loin.

Et Zéro Seconde?

En 2016, c’est l’année où j’ai eu plus de billets qui sont restés en brouillon, plutôt que d’être publiés. Ma résolution, dans mon cas, est de me réserver quelques minutes par semaine pour publier des billets, certes plus courts, beaucoup plus courts, mais qui verront au moins le jour.

Pour l’instant, mon sablier est écoulé. Je retourne travailler.

Conférencier, consultant en stratégie web et réseaux sociaux, chargé de cours. Nommé un des 8 incontournables du Montréal 2.0 (La Presse, 2010). Je tiens ce carnet depuis 2004.

4 réponses à “Notes de chantiers” Subscribe

  1. Geoffroi Garon-Épaule 7 janvier 2017 à 09:05 #

    Salut Martin, voilà une excellente idée!

    Depuis que ton billet est partagé sur Facebook, une conversation a débuté sous ta publication. Mais c’est en dehors de l’espace public numérique que représente ton site Web (tu en es le propriétaire et tu peux faire ce que tu veux, mais c’est potentiellement plus transparent que Facebook).

    Il serait intéressant que l’on puisse facilement transporter la conversation de Facebook sur nos environnements plus ouverts et générateurs de valeur et de sens pour un plus grand nombre.

    J’imagine un plug-in qui rend beaucoup plus fluide la participation à des commentaires sur un blogue. Ou un autre qui permettrait d’extraire un verbatim de l’ensemble des commentaires sous une publication Facebook et les republier sur son propre billet. La question est de savoir ce qui est légal et ce qui est éthique…

    Bref, Facebook nous a amenés à faire une conversation à plusieurs (beaucoup plus) et à émettre nos opinions/émotions sur des contenus diverses. Passons à la phase 3 et créons des micro-espaces de discussions ouverts et fluides sur des environnements plus ouverts.

  2. Martin Lessard 7 janvier 2017 à 09:16 #

    Salut Joffroy, bonne année.

    Depuis que la conversation a été transportée sur Facebook, il y a eu une saine démocratisation de la parole publique. Les blogues ont perdu un monopole.

    Mais les les blogues ont encore une valeur: garder une trace et favoriser une réflexion plus profonde qu’un commentaire qui se perd et se faite enterrer par un autre.

    Je ne crois pas qu’on va réussi à court terme à reprendre le flambeau de la conversation sur nos espaces respectifs. FB est trop fort.

    Dans mon cas, mes posts FB sont publics. Et donc les commentaires aussi. Je pourrais rapatrier les plus pertinents.

    Je vois plus les blogues maintenant comme se trouvant à mi-chemin entre les livres (la parole figée) et les forums de discussion (comme FB) qui est de la parole complètement fluide. Les blogues sont des livres en construction et des commentaires plus développés.

  3. Geoffroi Garon-Épaule 7 janvier 2017 à 09:40 #

    Bonne année à toi aussi ! 😉

    Il est vrai que Facebook est devenu « Too big to fail » et qu’ils offrent une démocratisation de la parole publique. Par contre, c’est opaque et manipulé par des algorithmes (robots) à des fins majoritairement commerciales. Il faut du win-win. À terme, le blogue est un mot, l’usage est la capacité de produire des contenus et de les diffuser sur l’espace public qu’est Internet. Avant, le volet conversation était entre quelques personnes. Après l’apparition massive de l’usage des statuts et des conversations sur les médias sociaux, il est possible aujourd’hui de réfléchir à des microespaces de discussion, sorte de tiers-lieu conversationnel plus ouvert qui soit à la fois fluide et rapide, mais avec une plus grande gouvernance des données.

    p.s. 1 En écrivant ce commentaire, je sentais que j’étais dans une conversation et que je voulais apporter plein de bémol à mes propositions, mais le temps de la conversation écrite est différent de la parole.

    p.s. 2 Ça prend du temps écrire un texte en sachant qu’il restera découvrable par Google et sous ton contrôle (!) alors que sur Facebook, l’instantanéité et le flux de nouvelle nous enlèvent (peut-être) cette pression de qualité.

    p.s. 3 J’aurais pu répondre à ton commentaire plus tard dans la journée, mais non, j’ai eu le réflexe de répondre tout de suite, comme sur les médias sociaux. Les temps numériques sont multiples. Il y aura un défi avec l’arrivée de l’espace-temps des machines sur la technologie blockchain! à suivre 😉

    A+

  4. Jean Desjardins 8 janvier 2017 à 23:55 #

    Au plaisir renouvelé de te lire Martin! Salut Geoffroi.

Laisser un commentaire

5 points pour bien bâtir votre auditoire

À la question «Quels sont les éléments les plus importants pour bâtir son audience» posée par Olivier Lambert, j’avais répondu […]

Changement de cycle [4] / Internet est mort, vive les internets

Toute transition laisse apparaître par décantation les éléments moteurs qui alimenteront le cycle suivant. Ce billet clôt une série de quatre sur le changement de […]

Zéro Seconde a 10 ans!

En février 2014, mon blogue a soufflé ses 10 bougies. C’est une décennie complète à observer les impacts du numérique sur […]

Changement de cycle [3] / Deep Learning, robots et AI: à qui appartiendra l’économie de demain?

Changement de cycle [1]: Élites hors circuit numérique Changement de cycle [2] / Élites? Quelles élites? Changement de cycle [3] […]

Les médias sociaux en entreprise

Je vous invite au lancement de mon livre “Les médias sociaux en entreprise” que j’ai co-écrit avec Marie-Claude Ducas et Guillaume Brunet. Dépêchez-vous de […]

Pourquoi bloguer (dans un contexte d’affaires)

Voilà la couverture du livre dans lequel j’ai écrit le premier chapitre « Bloguer pour influencer ». Il est maintenant en pré-vente […]