Hyperconnectivité

Je dois souvent expliquer pourquoi les gens utilisent des outils de réseaux sociaux, ou blogging, ou de communication asynchrone. « Moi je préfère le face à face, je ne comprends pas que l’on veuille rester enfermer devant son écran » disent-ils.

Isolé avec 1 milliard de personnes
Bernard Pouchin - Foule IIL’usage de Twitter, de Facebook, du SMS et des blogues les laisse perplexes. « Je préfère me lever et aller les voir », rajoutent-ils. Bien! faites-le, alors.

Je ne crois pas que l’on utilise ces outils pour s’isoler devant l’écran, mais bien parce qu’on est isolé devant l’écran (généralement pour le boulot) qu’on utilise ces outils.

C’est une manière de rester en contact avec plus de gens que l’on pourrait effectivement le faire. On reste en contact visuel avec ceux que l’on aime, mais ce cercle peut être parfois plus grand que ce qui est possible de soutenir. Ces outils permettent de rester en contact, et de les suivre dans leur cheminement personnel, « intime et ambiant « .

L’intimité ambiante
L’intimité ambiante évoque la capacité de rester en contact avec des gens à un niveau de régularité et d’intimité auquel vous n’auriez pas eu accès habituellement, parce que le temps et l’espace conspirent à rendre cela impossible.« 

« Ce qui me semble clair, c’est que, pour beaucoup de gens, l’intimité ambiante ajoute de la valeur à leur vie et à leurs relations avec les autres » (source Leisa Reichelt, via Internet Actu

Déplacement du lieu de l’intimité
Je remarque que pour beaucoup de gens de ma communauté de blogueur, un certain usage intime de l’outil blogue s’est déplacé vers ces outils d’hyperconnectivité social. Sur Facebook ou Twitter je retrouve un niveau de conversation « intime » qui était blogué auparavant et qui maintenant est « micro-blogué » sur ces outils.

L’explication que je me donne est que le blogue est devenu un outil de diffusion publique externe et que Twitter est un outil de diffusion intime (Facebook est quelque part entre les deux). Évidemment, la distinction est rhétorique : tout ce qui est sur Internet est en quelque sorte public).

En suivant le fil de twitter de certaines firmes, je suis carrément à côté de la machine à café à écouter leurs discussions et les potins. Et il n’est pas rare ensuite de les rencontrer et de poursuivre la conversation de vive voix.

Home twit home
Mais avec Twitter, et c’est ce qui explique qu’il survie encore très bien après l’arrivée de Facebook chez les professionnels du domaine, on restreint de facto la portée à un groupe. « On se sent chez soi », comme au début des blogues…

Et vous, qu’en pensez-vous?

Image de Bernard Pouchin

Mise à jour 10h30
Pour lire davantage sur le sujet:
Jaffe Juice : PR in less than 140 characters, 8 octobre 2007
Twitter Fact : First state of the Twitosphere in Canada, 18 décembre 2007
Read/Write Web : Tweeterboard: Who Does That Person on Twitter Think They Are? 19 décembre 2007
Read/Write Web : Ten Common Objections to Social Media Adoption and How You Can Respond 7 janvier 2008

Conférencier, consultant en stratégie web et réseaux sociaux, chargé de cours. Nommé un des 8 incontournables du Montréal 2.0 (La Presse, 2010). Je tiens ce carnet depuis 2004.

2 réponses à “Hyperconnectivité” Subscribe

  1. paul 1 mars 2008 à 13:04 #

    Non Martin, tu n’es pas isolé la preuve je te réponds. 😉

    L’hyperconnectivité ça me fait penser un peu au cellulaire et ces gens qui ont plusieurs appels pendant que je leur parle en face.
    Ca me rappelle aussi une pub pour le cellulaire qui parle de ‘rester en contact avec votre tribu’. 😀
    Il y a qq temps j’avais lu un article sur les ‘accros’ de l’Internet et je pense que j’en fait partie.
    L’Internet permet aussi de rassembler des spécialistes d’un domaine qui est d’ailleurs une motivation de ses origines.
    Dans mon entourage, je n’ai pas tjs facilement accès à un autre spécialiste de mon domaine.

    Sinon Internet comprend de l’information publique en clair et de l’information publique cryptée qui est quasi-comparable à une info privée ou confidentielle.
    La VOIP ou téléphonie IP est une application « privée » avec les VPN.

  2. Martin Lessard 2 mars 2008 à 03:41 #

    Paul, j’aime la piste « privé/public » en « clair/crypté ». Et tel que je la comprends voici ce que ça me fait penser:

    D’une certaine manière, en temps réel, une information sur twitter est cryptée, ou pour être plus juste, « privée » dans le sens qu’elle est diffusée de façon à ce que peu de personne la capte (toujours en temps réel).

    En d’autres mots, qui va réellement me suivre sur twitter (en temps réel)? un groupe très restreint, et donc quasi privé…

    Évidemment, n’étant pas crypté, on peut retrouver les traces, donc l’information peut redevenir public.

    Je suis d’accord avec toi et je crois moi aussi que c’est une façon d’accéder à des spécialistes de mon domaine, autrement injoignable…

Laisser un commentaire

5 points pour bien bâtir votre auditoire

À la question «Quels sont les éléments les plus importants pour bâtir son audience» posée par Olivier Lambert, j’avais répondu […]

Changement de cycle [4] / Internet est mort, vive les internets

Toute transition laisse apparaître par décantation les éléments moteurs qui alimenteront le cycle suivant. Ce billet clôt une série de quatre sur le changement de […]

Zéro Seconde a 10 ans!

En février 2014, mon blogue a soufflé ses 10 bougies. C’est une décennie complète à observer les impacts du numérique sur […]

Changement de cycle [3] / Deep Learning, robots et AI: à qui appartiendra l’économie de demain?

Changement de cycle [1]: Élites hors circuit numérique Changement de cycle [2] / Élites? Quelles élites? Changement de cycle [3] […]

Les médias sociaux en entreprise

Je vous invite au lancement de mon livre “Les médias sociaux en entreprise” que j’ai co-écrit avec Marie-Claude Ducas et Guillaume Brunet. Dépêchez-vous de […]

Pourquoi bloguer (dans un contexte d’affaires)

Voilà la couverture du livre dans lequel j’ai écrit le premier chapitre « Bloguer pour influencer ». Il est maintenant en pré-vente […]