Le harnachement de l’effet reseau cree de la valeur

« (…) there is a huge amount of power that belongs to people who have these massive databases in which the collective intelligence has been collected.“
Source: O’Reilly Radar

De la même façon que le hardware est devenu une commodité (la compétition est si forte que les marges de profit sont devenues très faibles), les logiciels vont suivre le même chemin (les logiciels ouverts pavent la voie à rendre les logiciels une commodité).

IBM, vieille mouture, la « harware » avait perdu devant la jeune Microsoft, la « software ».

Google, aujourd’hui, ouvre une piste qui permettra à terme de classer la guerre des plateformes sous la rubrique histoire ancienne.

Follow the money
En regardant ce qui se passe dans le web 2.0, côté business, le plan d’affaires n’est plus nécessairement d’enfermer l’utilisateur dans un outil logiciel (la « transportabilité du contenu » est devenue une nécessité dans la plupart des domaines), mais d’offrir la liberté et l’ouverture.

Liberté de créer, mixer, remixer, diffuser. Le logiciel qui permet cette création est considéré comme une commodité. Avec quelle caméra avez-vous filmé? Sur quel logiciel avez-vous monté le clip? Peu importe. Par contre où l’avez-vous diffusé devient important.

The mankind behind the curtain
Les compagnies qui cherchent à faire de l’argent avec le web 2.0 ont compris où se trouvait la valeur. Dans des sites destinations, dans un premier temps, bien sûr. Mais pas nécessairement.

C’est dans un second temps, sous forme de bases de données, qui enregistrent les comportements des usagers, leurs choix, leurs clics dont le contenu s’enrichit au fur et à mesure que davantage de gens l’utilisent, créant lentement, mais inexorablement une connaissance unique et exclusive qui possède une valeur extraordinaire: améliorer en retour le service pour que plus de gens l’adoptent.

Milk the cow 2.0
Le harnachement de l’effet réseau crée de la valeur qu’il s’agit d »exploiter ensuite : explorer la base de données pour connaître encore davantage l’usager. Une connaissance exclusive que seules es compagnies connaissent. Une gigantesque machine à « autosondage » générant des statistiques comme les arbres génèrent des feuilles.

C’est ce que crée Google à chaque seconde, avec chaque recherche, visite, clic, posts que des millions d’usagers font.

S’il y a bien un métier d’avenir, c’est bien celui de statisticien.

Conférencier, consultant en stratégie web et réseaux sociaux, chargé de cours. Nommé un des 8 incontournables du Montréal 2.0 (La Presse, 2010). Je tiens ce carnet depuis 2004.

Pas de commentaires pour le moment.

Laisser un commentaire

5 points pour bien bâtir votre auditoire

À la question «Quels sont les éléments les plus importants pour bâtir son audience» posée par Olivier Lambert, j’avais répondu […]

Changement de cycle [4] / Internet est mort, vive les internets

Toute transition laisse apparaître par décantation les éléments moteurs qui alimenteront le cycle suivant. Ce billet clôt une série de quatre sur le changement de […]

Zéro Seconde a 10 ans!

En février 2014, mon blogue a soufflé ses 10 bougies. C’est une décennie complète à observer les impacts du numérique sur […]

Changement de cycle [3] / Deep Learning, robots et AI: à qui appartiendra l’économie de demain?

Changement de cycle [1]: Élites hors circuit numérique Changement de cycle [2] / Élites? Quelles élites? Changement de cycle [3] […]

Les médias sociaux en entreprise

Je vous invite au lancement de mon livre “Les médias sociaux en entreprise” que j’ai co-écrit avec Marie-Claude Ducas et Guillaume Brunet. Dépêchez-vous de […]

Pourquoi bloguer (dans un contexte d’affaires)

Voilà la couverture du livre dans lequel j’ai écrit le premier chapitre « Bloguer pour influencer ». Il est maintenant en pré-vente […]