Le savoir mobile

J e vous avais déjà mentionné Kant et sa révolution copernicienne des concepts dans une note récente. Je suis tombé sur un texte (et je reviendrai sur cette notion fascinante de « tomber sur une information »), sur un texte, dis-je, qui donnait une introduction aux Problèmes et enjeux de l’évaluation de l’information sur Internet : dans l’accès au savoir, la digitalisation de l’information apporte une sorte de révolution copernicienne dans la lecture. (j’ai de la suite dans mes notes, non?).

Auparavant, avec le monde de l’imprimé il existait une certaine fixité du savoir et une mobilité des lecteurs ou des élèves :

[L]’usager, le lecteur, l’élève tournaient autour du savoir, immobile, qui était contenu dans des lieux fixes (écoles), des réserves documentaires (bibliothèques…), des ouvrages (dictionnaires…), concentré, détenu par des acteurs sociaux identifiés (enseignants)…

Alexandre Serres

Sur Internet, c’est l’inverse : le savoir tourne autour de l’élève, les textes autour du lecteur, l’information autour du consommateur. Le savoir devient mobile, en constante circulation sur les réseaux et en constante réorganisation. Le phénomène des carnets et les fils RSS le montrent bien : l’information circule !

Conséquence majeure sur l’école : elle finit de perdre son monopole déjà entamé de dépositaire unique du savoir.

Conséquence majeure pour les compagnies du savoir : la perte de contrôle sur l’image corporative (fin du monopole de transport d’information à la porte du consommateur -dépliants, publicités, images – l’usager peut faire une recherche simple pour trouver une information contredisant le message corporatif).

Les usagers sont désormais confrontés à l’éclatement des savoirs, des informations, de la connaissance, au moment même où le processus d’évaluation de la qualité reposent davantage qu’avant sur eux. (nous reviendrons sur ce thème).

Il faut former à « l’évaluation de l’information » de manière critique, y compris sur « l’évaluation de l’évaluation de l’information ». ( Voir ma note sur l’autorité )

« Toto, I’ve a feeling we’re not in Kansas anymore »

Billet original sur http://zeroseconde.com

ZEROSECONDE.COM (cc) 2004-2012 Martin Lessard

Contenu protégé selon la licence Paternité – Pas d’utilisation commerciale – Partage des conditions initiales à l’identique 2.0 de Creative Commons

Conférencier, consultant en stratégie web et réseaux sociaux, chargé de cours. Nommé un des 8 incontournables du Montréal 2.0 (La Presse, 2010). Je tiens ce carnet depuis 2004.

Trackbacks/Pingbacks

  1. Changement de cycle [4] / Internet est mort, vive les Internets | Zéro Seconde - 25 mai 2014

    […] dans le Royaume du Magicien d’OZ. Je citais  la même phrase il y a exactement 10 ans, dans un de mes premiers billets. À cette époque, je m’émerveillais de ce que pouvait offrir le web et le pouvoir que […]

Laisser un commentaire

5 points pour bien bâtir votre auditoire

À la question «Quels sont les éléments les plus importants pour bâtir son audience» posée par Olivier Lambert, j’avais répondu […]

Changement de cycle [4] / Internet est mort, vive les internets

Toute transition laisse apparaître par décantation les éléments moteurs qui alimenteront le cycle suivant. Ce billet clôt une série de quatre sur le changement de […]

Zéro Seconde a 10 ans!

En février 2014, mon blogue a soufflé ses 10 bougies. C’est une décennie complète à observer les impacts du numérique sur […]

Changement de cycle [3] / Deep Learning, robots et AI: à qui appartiendra l’économie de demain?

Changement de cycle [1]: Élites hors circuit numérique Changement de cycle [2] / Élites? Quelles élites? Changement de cycle [3] […]

Les médias sociaux en entreprise

Je vous invite au lancement de mon livre “Les médias sociaux en entreprise” que j’ai co-écrit avec Marie-Claude Ducas et Guillaume Brunet. Dépêchez-vous de […]

Pourquoi bloguer (dans un contexte d’affaires)

Voilà la couverture du livre dans lequel j’ai écrit le premier chapitre « Bloguer pour influencer ». Il est maintenant en pré-vente […]