V oici ce que Geert Lovink, un penseur de la société en réseau, a à dire dans La Repubblica à propos de la question des réseaux sociaux (on Social Media in the Trump Era)? Sortez vos crayons pour prendre des notes. Extrait.

«Ça ne me dérange pas de jouer au futurologue, mais vous serez déçu: nous sommes coincés dans cet âge des médias sociaux pour encore un certain temps. Nous, les Européens, n’avons pas développé d’alternatives. Il n’y a pas de «marché» et nous avons tous laissé arriver: les monopoles omniprésents sont un fait, nous nous sommes laissés enfermés et maintenant nous nous plaignons.»

«À moins d’une crise ou d’une guerre mondiale, nous ne serons pas en mesure de nous libérer de cet énorme la dépendance à ces applications en temps réel. J’ai abandonné l’idée que de courageux individus qui désertent la plateforme puissent faire une différence. L’ennui ou le désespoir n’y changeront rien; la dépendance physique, sociale et émotionnelle est déjà trop grande.»

Politique des réseaux sociaux

«Nous étions naïfs de penser que les utilisateurs allaient passer à autre chose, comme ils l’ont fait de Geocities à Blogger à Friendster à MySpace. Puis ils se sont arrêtés sur Facebook. Les jeunes ont migré vers Whatsapp et Instagram, mais ceux-ci appartiennent à la même vieille société Facebook et sont actuellement intégrés dans le même empire de données.
Ce qui reste, c’est la proposition d’une prise de contrôle publique des plateformes (y compris l’infrastructure du centre de données). Il s’agit d’une intervention politique dont nous avons besoin pour discuter plus en profondeur et qu’il faut mettre sur la table en cette année d’élections cruciales.»

«Pendant des dizaines d’années, les élites européennes ont volontairement détourné les yeux, convaincues que l’Internet était une mode, une mode qui disparaîtrait, et maintenant ils ont été poussés aux côtés. Bruxelles pensait que les télécoms comme Orange et Telefónica, et les acteurs technologiques traditionnels comme Philips et Siemens allaient développer des alternatives. Rien ne s’est passé. Au lieu de cela, nous utilisons maintenant du matériel produit en Chine avec des services contrôlés aux États-Unis.»

«Dernièrement, les Européens se sont réveillés et ont mis en place des politiques néolibérales d’«industries créatives» axées sur l’austérité et visant à favoriser les cultures de démarrage. Depuis Evgene Morozov, nous savons que le technosolutionniste n’est pas la solution. Développer une application n’est pas une solution pour surmonter le capitalisme de plateforme. Pour le cas des médias sociaux, il pourrait être déjà trop tard, à moins que des mesures drastiques ne soient prises, comme mettre en œuvre des mesures antitrust immédiatement.»

Y a-t-il des politiciens qui prennent des notes?

 

Conférencier, consultant en stratégie web et réseaux sociaux, chargé de cours. Nommé un des 8 incontournables du Montréal 2.0 (La Presse, 2010). Je tiens ce carnet depuis 2004.

Pas de commentaires pour le moment.

Laisser un commentaire

5 points pour bien bâtir votre auditoire

À la question «Quels sont les éléments les plus importants pour bâtir son audience» posée par Olivier Lambert, j’avais répondu […]

Changement de cycle [4] / Internet est mort, vive les internets

Toute transition laisse apparaître par décantation les éléments moteurs qui alimenteront le cycle suivant. Ce billet clôt une série de quatre sur le changement de […]

Zéro Seconde a 10 ans!

En février 2014, mon blogue a soufflé ses 10 bougies. C’est une décennie complète à observer les impacts du numérique sur […]

Changement de cycle [3] / Deep Learning, robots et AI: à qui appartiendra l’économie de demain?

Changement de cycle [1]: Élites hors circuit numérique Changement de cycle [2] / Élites? Quelles élites? Changement de cycle [3] […]

Les médias sociaux en entreprise

Je vous invite au lancement de mon livre “Les médias sociaux en entreprise” que j’ai co-écrit avec Marie-Claude Ducas et Guillaume Brunet. Dépêchez-vous de […]

Pourquoi bloguer (dans un contexte d’affaires)

Voilà la couverture du livre dans lequel j’ai écrit le premier chapitre « Bloguer pour influencer ». Il est maintenant en pré-vente […]