La disparition du livre (littéralement)

Intéressante initiative d’un éditeur argentin soucieux de publier de nouveaux auteurs. Le livre contient une encre qui disparait complètement en deux mois. 

Sa motivation? Un nouvel auteur ne peut se permettre d’attendre qu’on le découvre par hasard. Ni même d’attendre que l’acheteur finisse par le lire.

 En forçant la disparition du texte, l’acheteur se voit dans l’obligation de lire le livre le plus vite possible — et ainsi de parler (en bien ou en mal) de l’auteur et du livre.

 Cette vidéo (en anglais) résume bien le procédé. (via PSFK, via Sébastien Provencher)

Du point de vue marketing, l’idée de créer de la rareté (rareté de temps) donne une certaine valeur au contenu.

C’est aussi en faire un objet spécial.

Le livre entre ainsi dans l’expérientiel, l’éphémère, le spectacle. Une façon de conserver sa place dans la culture, à l’ère du numérique.

Il est étonnant, vous l’aurez remarqué, que cette tactique (au demeurant fort intéressante) montre l’étrange glissement qui s’opère pour maintenir le livre en vie.

De mémoire, le livre devient oubli.

En reprenant une caractéristique typique des médias sociaux (la mémoire qui oublie, cette conservation ad infinitum de conversations qu’on ne veut/peut plus retrouver), ce livre montre en fait de quelle façon la culture se «fluxifie». Ce n’est plus une propriété qui en fait sa valeur, c’est son inscription dans un flux (ici un compte-à- rebours).

L’ironie de cette histoire : pour se faire remarquer, pour se faire lire, le livre promet de disparaître, comme ces tweets qui se fondent dans le mur de Twitter.

C’est le premier livre du FOMO (Fear Of Missing Out)…

Conférencier, consultant en stratégie web et réseaux sociaux, chargé de cours. Nommé un des 8 incontournables du Montréal 2.0 (La Presse, 2010). Je tiens ce carnet depuis 2004.

4 réponses à “La disparition du livre (littéralement)” Subscribe

  1. Laurent Gigon 26 juin 2012 à 21:53 #

    Il me semble qu’un truc comme ça avait été imaginé pour le DVD il y a quelques siècles.

  2. Jeux en ligne 27 juin 2012 à 17:09 #

    Je comprend l’idée derrière l’initiative mais bon dans les faits, c’est pas très sympa pour le lecteur…

  3. Martin Lessard 27 juin 2012 à 17:32 #

    @Jeux en ligne, ça dépend si on accepte le « contrat ». C’est comme de l’art éphémère…

  4. JmZ 27 juin 2012 à 21:37 #

    Ouais… c’est un DRM irl quoi…

Laisser un commentaire

5 points pour bien bâtir votre auditoire

À la question «Quels sont les éléments les plus importants pour bâtir son audience» posée par Olivier Lambert, j’avais répondu […]

Changement de cycle [4] / Internet est mort, vive les internets

Toute transition laisse apparaître par décantation les éléments moteurs qui alimenteront le cycle suivant. Ce billet clôt une série de quatre sur le changement de […]

Zéro Seconde a 10 ans!

En février 2014, mon blogue a soufflé ses 10 bougies. C’est une décennie complète à observer les impacts du numérique sur […]

Changement de cycle [3] / Deep Learning, robots et AI: à qui appartiendra l’économie de demain?

Changement de cycle [1]: Élites hors circuit numérique Changement de cycle [2] / Élites? Quelles élites? Changement de cycle [3] […]

Les médias sociaux en entreprise

Je vous invite au lancement de mon livre “Les médias sociaux en entreprise” que j’ai co-écrit avec Marie-Claude Ducas et Guillaume Brunet. Dépêchez-vous de […]

Pourquoi bloguer (dans un contexte d’affaires)

Voilà la couverture du livre dans lequel j’ai écrit le premier chapitre « Bloguer pour influencer ». Il est maintenant en pré-vente […]