Société de zombies

J’avais écrit un billet sur src.ca/triplex pour essayer de comprendre la montée des «casual games», comme les apps de Zombies sur iPhone (plus de 1000 sur le iStore) et sur Android (plus de 300). J’en reprends les principaux éléments, en me citant, car je crois qu’il est important d’en reparler.

zombiesJ’ai choisi les apps de zombies car elles offrent une image plus parlante même pour quelqu’un qui ne joue pas à de tels jeux. Je me demande si ça ne pourrait pas expliquer la fatigue cognitive que l’on peut ressentir dans une société en accélération croissante, en proie à une surabondance d’information et où le temps semble s’accélérer.

Mon hypothèse est que l’informatisation accélérée de la société dans les dernières décennies est en la cause. Ou plutôt le mimétisme informatique appliquée à toutes les petites choses de la vie.

Par exemple la gestion des tâches et des agendas s’est industrialisée: les outils de gestion personnelle du temps et des tâches se sont perfectionnés à un tel point qu’il nous faut passer beaucoup de temps pour les entretenir, pour augmenter nos performances, comme on dirait qu’on optimise un programme.

Synchronisez vos vies

Pensez seulement à la gestion de la synchronisation entre tous nos appareils ou avec nos collègues pour vos agendas. À l’époque de l’agenda papier, on était seul maître à bord. On se demande aujourd’hui qui contrôle qui.

Un des meilleurs livres sur la gestion des tâches, Getting things done (ou GTD), que l’on pourrait traduire librement par «achevez les choses», fête son dixième anniversaire. David Allen propose une méthode infaillible pour réduire la gestion du travail en une série de tâches simples à «exécuter». Mon choix de mot entre guillemets n’est pas anodin.

Paradoxe de la maîtrise de l’agenda

Maîtrisez sa géniale méthode, et vous voilà sur la voie d’une gestion sans stress, selon l’auteur. J’ai toujours été dubitatif devant de telles affirmations tant me semble insoluble ce paradoxe :

  1. Si le nombre de tâches est inférieur à mon rythme d’exécution, la liste se vide rapidement et elle ne sert à rien.
  2. Si le nombre de tâches est égal à mon rythme d’exécution, la liste reste éternellement pleine et j’en suis prisonnier.
  3. Si le nombre de tâches est supérieur à mon rythme d’exécution, la liste s’allonge exponentiellement et je suis foutu.

Saucissonner son travail, en série de tâches simples à faire, réduit l’effort cognitif équivalant à jouer un jeu de zombies. Chaque tâche, ou zombie, prise isolément n’est plus une menace : le zombie avance lentement, traîne de la patte, et un coup bien placé lui règle son compte une bonne fois pour toutes.

Nous avons tous écouté un film sur les zombies, alors nous savons pertinemment que les vrais problèmes commencent quand le nombre de zombies augmente.

Surabondance d’attaques

J’aurais pu aussi choisir d’autres exemples de jeux : les Towers Defenses où l’armée adverse avance inexorablement vers votre base par vagues de plus en plus grosses; ou les Traffic Controls (aériens, ferroviaires ou maritimes) qui envoient sans arrêt des véhicules qu’il faut orienter dans la bonne direction de façon plus en plus rapide.

Tous ces jeux, et ceux des zombies me semblent plus emblématiques que les autres, sont des jeux qui simulent des microattaques perpétuelles, sous forme de vagues de microactions à faire, toujours plus nombreux et rapides, et qui tentent de vous submerger jusqu’au K.O. final. Chaque action ne demande pas de compétence spéciale. C’est l’endurance au stress, ne pas se faire déborder, qui est vitale.

Il s’agit en fait de maîtriser la panique qui nous envahit.

Ces jeux sont de véritables exercices d’endurance au stress de notre nouveau quotidien, une façon d’apprivoiser notre vie hyperconnectée. Comment ne pas associer les vagues de courriels, les salves de SMS, tweets et autres messages Facebook à autant de zombies qui nous assaillent? Tous les moyens sont bons pour apprivoiser le stress qu’on associe à l’accélération de la vie.

Devenir zombies

Dans les films de zombies, la peur viscérale tourne toujours autour de cette notion qu’il faut éviter à tout prix de devenir un zombie aussi. Or, qu’est-ce qu’un zombie, sinon un être unidimensionnel condamné à attaquer chaque proie, sans réfléchir, de façon répétée et sans arrêt? Le tueur de zombies, en voulant se protéger, ne fait pas autre chose.

Ces «casuals games» sont des artéfacts d’une robotisation de nos vies: simplifier les tâches, les rendre «exécutables» en 2 minutes, retirer toute intelligence dans chaque minuscule action pour accélérer le processus global.

Les sports individuels sont des apprentissages à la compétition; les sports d’équipe nous forcent à développer la coopération. Les «casuals games» nous forment dans notre quotidien à recevoir un flot encore plus grand d’information et à ne pas paniquer. À accélérer et faire accélérer. Et à aimer ça.

Source Image

Conférencier, consultant en stratégie web et réseaux sociaux, chargé de cours. Nommé un des 8 incontournables du Montréal 2.0 (La Presse, 2010). Je tiens ce carnet depuis 2004.

Pas de commentaires pour le moment.

Laisser un commentaire

5 points pour bien bâtir votre auditoire

À la question «Quels sont les éléments les plus importants pour bâtir son audience» posée par Olivier Lambert, j’avais répondu […]

Changement de cycle [4] / Internet est mort, vive les internets

Toute transition laisse apparaître par décantation les éléments moteurs qui alimenteront le cycle suivant. Ce billet clôt une série de quatre sur le changement de […]

Zéro Seconde a 10 ans!

En février 2014, mon blogue a soufflé ses 10 bougies. C’est une décennie complète à observer les impacts du numérique sur […]

Changement de cycle [3] / Deep Learning, robots et AI: à qui appartiendra l’économie de demain?

Changement de cycle [1]: Élites hors circuit numérique Changement de cycle [2] / Élites? Quelles élites? Changement de cycle [3] […]

Les médias sociaux en entreprise

Je vous invite au lancement de mon livre “Les médias sociaux en entreprise” que j’ai co-écrit avec Marie-Claude Ducas et Guillaume Brunet. Dépêchez-vous de […]

Pourquoi bloguer (dans un contexte d’affaires)

Voilà la couverture du livre dans lequel j’ai écrit le premier chapitre « Bloguer pour influencer ». Il est maintenant en pré-vente […]