Empire Avenue : la bourse des influences

Empire Avenue est le dernier né des «vitual stock markets», mi-jeu, mi-sérieux, qui met en scènes des influenceurs de la blogosphère et des réseaux sociaux.

Empire Avenue

Sur le même principe qu’ Hollywood Stock Market (HSX) qui permet de «trader» des films et des stars dans une bourse virtuelle en ligne (et même si c’est un jeux, le niveau de précision quant au succès futur d’un film ou de la carrière d’un artiste est assez réaliste).

Empire Avenue pousse le concept dans le monde en ligne. Ouvert à tous, mais orienté influents numériques car les actions montent ou descendent en partie en fonction des posts (blogue), tweets (Twitter), updates (Facebook) et partage (Flickr). Ceux qui sont très familiers avec les outils 2.0 auront la part de lion assurément.

L’abonnement se fait en quelques clics, et on entre les coordonnées des sites qui rayonnent votre identité (on ajoute un code, par exemple, sur son blogue, le mien est EAVB_AHDOGSBODN ) et voilà, on commence avec un petit pécule pour monter son portefeuille.

Mes actions sont sous le ticker ZS

Ce qui est intéressant, en ce moment, c’est que l’on peut voir que le principe peut réellement montrer qui a de l’influence dans la sphère technocratie. Sur le web, on peut monter des milliers de followers dans Tweeter ou y suivre des milliers de personnes: ce n’est pas le cas sur Empire Avenue où notre porte-monnaie n’est pas illimité. Il faut dépenser ses sous avec soin.

Je ne sais pas si, à terme, un des buts d’Empire Avenue sera de vendre aussi leur monnaie virtuelle, mais d’ici là, une réelle valeur se crée dans cette bourse, car les actionnaires choisissent avec précaution leurs sous à dépenser.

Impossible de tomber dans l’excès; le système bâtit de la rareté, donc de la valeur. Émerge alors les «vrais» influenceurs, les «rares» qui méritent notre attention (on peut suivre le fil de son portefeuille, donc on est doublement incité à ne sélectionner que la «crème»). La «crème» qui a bien voulu s’inscrire, évidemment, car contrairement à HSX, on ne «trade» que les abonnés au service.

On peut voir aussi ce service comme une une façon de crowdsourcer la recherche des influenceurs, qui ont grande portée (reach) –personnes qui sont utiles pour le modèle d’affaires d’Empire Avenue.

Empire Avenue

Le modèle d’affaires

Empire Avenue se veut un «influence stock exchange» doublé d’une plateforme de publicité qui permet aux individus (et aux compagnies) de convertir leur influence en ligne en revenu. Oui. Car ils espèrent connecter les annonceurs avec les influenceurs. Ceux-ci contrôlent ce qui est publicisé avec leur image, permettant j’imagine une meilleure affinité avec l’audience. Un système de partage de revenu généreux permet de garder tout le monde heureux.

Le temps dira si le concept tient la route et trouve la rentabilité.

Conférencier, consultant en stratégie web et réseaux sociaux, chargé de cours. Nommé un des 8 incontournables du Montréal 2.0 (La Presse, 2010). Je tiens ce carnet depuis 2004.

Pas de commentaires pour le moment.

Laisser un commentaire

5 points pour bien bâtir votre auditoire

À la question «Quels sont les éléments les plus importants pour bâtir son audience» posée par Olivier Lambert, j’avais répondu […]

Changement de cycle [4] / Internet est mort, vive les internets

Toute transition laisse apparaître par décantation les éléments moteurs qui alimenteront le cycle suivant. Ce billet clôt une série de quatre sur le changement de […]

Zéro Seconde a 10 ans!

En février 2014, mon blogue a soufflé ses 10 bougies. C’est une décennie complète à observer les impacts du numérique sur […]

Changement de cycle [3] / Deep Learning, robots et AI: à qui appartiendra l’économie de demain?

Changement de cycle [1]: Élites hors circuit numérique Changement de cycle [2] / Élites? Quelles élites? Changement de cycle [3] […]

Les médias sociaux en entreprise

Je vous invite au lancement de mon livre “Les médias sociaux en entreprise” que j’ai co-écrit avec Marie-Claude Ducas et Guillaume Brunet. Dépêchez-vous de […]

Pourquoi bloguer (dans un contexte d’affaires)

Voilà la couverture du livre dans lequel j’ai écrit le premier chapitre « Bloguer pour influencer ». Il est maintenant en pré-vente […]