Péché originel des réseaux sociaux numériques

«Les merveilles des réseaux sociaux en ligne»
Harold's Planet: The wonder of online social networking

Cette image que j’ai extraite d’une caricature très british de Harold’s World s’intitule «the Wonder of Online Social Networking» et circule sur internet (Via @Samia_Ghozlane, Via Henri Kaufman).

L’humour fait sourire. Pourquoi? pcq au fond, on se sent qu’il touche une corde sensible. Ou plutôt, qu’il touche un cliché: le net isole au point que l’on ne prend plus le temps de se lever et de rencontrer notre « friend » à côté. Comme une culpabilité originelle. Pourtant l’amitié en ligne n’est pas nécessairement moins sincère. Pourtant un réseautage numérique bien fait mène à plus de rencontres réelles.

Cercle
Le réseau, on le sait depuis le début, rapproche davantage ceux qui sont proches que ceux qui sont loin : on envoie davantage de courriels à des gens qui sont finalement à moins de 100KM de chez soi (rappelez-vous la promesse de «vous connecter avec le bout du monde». Les réseaux sociaux, Facebook notamment, ont permis plus de retrouvailles entre amis que tout autre autre invention de l’Homme: combien de connaissances avez-vous « retrouvés » depuis l’avènement du web (ou du web 2.0)?

Carré
Le cliché persiste tout de même. Les «merveilles des réseaux sociaux en ligne» isolent les individus, atrophient l’espace sociale, coupent les communications « naturelles ».

C’est tout l’inverse. Cet outil, bien utilisé, permet même d’augmenter le suivi de son cercle de connaissance au-delà de ce qui était habituel auparavant. J’écrivais hier que l’on devrait traduire «follow» par «accompagner». Les réseaux sociaux ne fabriquent pas ex-nihilo nos amis. Il permet seulement d’inclure dans le cercle des suivis, nos «friends» et nos «followers» qui sont des »compagnons» sur la route de notre vie. La possibilité est offerte. On l’accepte ou pas.

Point
Au fond, ce qui était pris comme un ridicule de situation dans la caricature n’est qu’un constat de vérité. Il n’y a que ceux qui ne l’acceptent pas qui peuvent faire vibrer la corde sensible de la culpabilité chez ceux qui l’acceptent. Il est temps de s’affranchir de ce «péché original»…

À lire aussi:
Facebook: connecting you to your screen
Pour ou contre Facebook?

Conférencier, consultant en stratégie web et réseaux sociaux, chargé de cours. Nommé un des 8 incontournables du Montréal 2.0 (La Presse, 2010). Je tiens ce carnet depuis 2004.

Pas de commentaires pour le moment.

Laisser un commentaire

5 points pour bien bâtir votre auditoire

À la question «Quels sont les éléments les plus importants pour bâtir son audience» posée par Olivier Lambert, j’avais répondu […]

Changement de cycle [4] / Internet est mort, vive les internets

Toute transition laisse apparaître par décantation les éléments moteurs qui alimenteront le cycle suivant. Ce billet clôt une série de quatre sur le changement de […]

Zéro Seconde a 10 ans!

En février 2014, mon blogue a soufflé ses 10 bougies. C’est une décennie complète à observer les impacts du numérique sur […]

Changement de cycle [3] / Deep Learning, robots et AI: à qui appartiendra l’économie de demain?

Changement de cycle [1]: Élites hors circuit numérique Changement de cycle [2] / Élites? Quelles élites? Changement de cycle [3] […]

Les médias sociaux en entreprise

Je vous invite au lancement de mon livre “Les médias sociaux en entreprise” que j’ai co-écrit avec Marie-Claude Ducas et Guillaume Brunet. Dépêchez-vous de […]

Pourquoi bloguer (dans un contexte d’affaires)

Voilà la couverture du livre dans lequel j’ai écrit le premier chapitre « Bloguer pour influencer ». Il est maintenant en pré-vente […]