On est pas né de la dernière recherche

Une rencontre avec un organisme ministériel ce matin m’a amené cette réflexion: venue présenter « a strategic approach to the US IT Market » l’attachée commerciale en provenance de New York devait nous proposer une vision du territoire IT new-yorkais en prévision d’une mission que des collègues d’ici feront en septembre là-bas.Il est apparu que le contenu ne dépassait pas une simple veille sur le web.

Tribu perdue sur InternetPeut-être était-ce dû au côté informel de la présentation ou peut-être que l’expertise exigeait une connaissance moins superficielle (mais peut-on dire que les TI est une niche?).

Mais elle avait devant elle des pros du web 2.0 et elle a rapidement repoussé sa « stratégie » pour se mettre à nous écouter.

Si une simple recherche sur le web permet de donner le même niveau de résultats que la personne sur le terrain en place… Mais attendez. Et si elle-même avait trouvé ses informations sur le web? Bon sang, mais c’est bien sûr!

Il y a des gens qui pensent que l’usage d’internet leur est réservé, comme un secret bien gardé. Ils vivent encore à l’époque où ne pas divulguer l’information (ou la divulguer, mais ne pas dire ses sources) représentait le pouvoir.

Hé bien, de la même façon qu’il y a deux semaines on a retrouvé une tribu en Amazonie qui n’avait jamais été en contact avec la civilisation, j’ai eu l’impression d’avoir eu le privilège d’observer de première main des membres d’un monde disparu, qui vivait sur la rareté de l’information, qu’ils dispensent au compte-goutte, en n’étant que l’heureux passeur qui a beau dire la vérité, parce qu’il vient de loin.

Je crois que des pans entiers de tels organismes tomberont en désuétude et ces postes seront rapatriés ici pour offrir un type de veille « réseau » . Il faut repenser le travail sur le terrain comme un rapporteur de première main d’une information encore non numérisée : l’intuition, les contacts humains, la visite in situ…

Sinon une armée de blogueurs, de tagueurs et de réseaux sociaux va s’occuper de faire percoler à leur place une information qui a maintenant fini d’entretenir des intermédiaires inutiles…

Conférencier, consultant en stratégie web et réseaux sociaux, chargé de cours. Nommé un des 8 incontournables du Montréal 2.0 (La Presse, 2010). Je tiens ce carnet depuis 2004.

Pas de commentaires pour le moment.

Laisser un commentaire

5 points pour bien bâtir votre auditoire

À la question «Quels sont les éléments les plus importants pour bâtir son audience» posée par Olivier Lambert, j’avais répondu […]

Changement de cycle [4] / Internet est mort, vive les internets

Toute transition laisse apparaître par décantation les éléments moteurs qui alimenteront le cycle suivant. Ce billet clôt une série de quatre sur le changement de […]

Zéro Seconde a 10 ans!

En février 2014, mon blogue a soufflé ses 10 bougies. C’est une décennie complète à observer les impacts du numérique sur […]

Changement de cycle [3] / Deep Learning, robots et AI: à qui appartiendra l’économie de demain?

Changement de cycle [1]: Élites hors circuit numérique Changement de cycle [2] / Élites? Quelles élites? Changement de cycle [3] […]

Les médias sociaux en entreprise

Je vous invite au lancement de mon livre “Les médias sociaux en entreprise” que j’ai co-écrit avec Marie-Claude Ducas et Guillaume Brunet. Dépêchez-vous de […]

Pourquoi bloguer (dans un contexte d’affaires)

Voilà la couverture du livre dans lequel j’ai écrit le premier chapitre « Bloguer pour influencer ». Il est maintenant en pré-vente […]