Les hyperliens ont un concurrent : la citation !

Google offre enfin un « filtre » pour retrouver des documents académiques (merci pour l’info, Éric)

« Google Scholar enables you to search specifically for scholarly literature, including peer-reviewed papers, theses, books, preprints, abstracts and technical reports from all broad areas of research. Use Google Scholar to find articles from a wide variety of academic publishers, professional societies, preprint repositories and universities, as well as scholarly articles available across the web. »
Source

L’outil permet de retrouver les documents d’un auteur particulier avec le nouveau préfixe « author: » (exemple  » author:mccarthy artificial intelligence« ).

Nouveau paradigme aussi: la « citation« . Google retourne des « liens » qui ne sont pas des liens. Non, ce sont les « citations » vers des documents qui ne sont pas en ligne, en attendant qu’ils soient disponibles un jour.

Ce dernier aspect mérite toute notre attention.

L’Internet offrait aux rechercheurs une liberté de publication, mais au prix de se retrouver noyé dans la masse d’information. Google vient résoudre le problème. La course aux « citations » prendra de l’ampleur et Google veut se positionner comme l’outil numéro 1 mondial de la citation.

Ne vous trompez pas, les « scholar journals » sont une grosse « bizniss ». Google vient de marquer un coup gigantesque. Gigantesque.

On propose souvent une formule pour décrire le phénomène de citation: qu’importe le sujet, un petit groupe (noyau) de revues procure le tiers des citations recherchées, un moyen groupe (moins central) en procure un deuxième tiers, et un très large groupe (périphrique) donne le dernier tiers.( Selon la Loi de Bradford)

C’est à dire : sur votre sujet X, vous trouvez 300 citations, il y a de grande chance que 100 citations proviennent d’un groupe (core) de 5 revues, 100 autres citations proviennent de 25 autres revues moins centrales et 100 citations de 125 revues périphériques.

Possèder les 5 revues « core » garantissait à l’éditeur le contrôle de ce qui sera lu, acheté et cité. Gros sous, gros sous, je vous disais. Encore mieux, l’autorité qui « dictait » quels étaient les 5 revues cores d’un domaine précis, devenait de facto, par prophétie auto-révélatrice, (1) l’autorité pour nommer ce core et (2) créait le core car tous le monde cherchait ensuite (a) à publier dans ces revues core (b) acheter ces revues core et (c) lire et citer ces revues core.

Vint Internet. En se libérant de ces revues core, par contre, on se noyait dans la masse d’information (Umberto Eco disait que La Pravda de la belle époque et le New York Times avaient le même objectif, car l’un empêchait la diffusion de l’information et l’autre la noyait dans tout ce qui « fits to print »).

En proposant Google Scholar, un « citation space » s’est créé. Ceux qui me lisent comprennent très bien la valeur d’un hyperlien. La citation possède une valeur hautement plus symbolique car elle lie deux documents ensemble… et non deux URL. La citation dit : ce document m’a précédé et je lui rend ce que je lui dois. Voyez le comme un « hyperlien pondéré avec un certificat d’authentification » (car je vois mal comment fabriquer des « google bomb » sans briser sa crédibilité). Et même dans le cas de Google Scholar, la première étape de rapprocher le print et le digital via un hybride hyperlien/citation est amorcé.

Le citation rank sera aux intellectuels ce que le page rank est aux bloggeurs.


Intéressé par la loi de distribution de Bradford et les index de citations? lisez le document de Jean-Claude Guédon de l’université de Montréal et particulièrement le chapitre 6 ( The Science Citation Index and Some of Its Consequences ).
(17 dec 2004) Intéressé par les moteurs de recherche académique en ligne? (via Urfist)

Billet original sur http://zeroseconde.com

ZEROSECONDE.COM (cc) 2004-2012 Martin Lessard

Contenu protégé selon la licence Paternité – Pas d’utilisation commerciale – Partage des conditions initiales à l’identique 2.0 de Creative Commons

Conférencier, consultant en stratégie web et réseaux sociaux, chargé de cours. Nommé un des 8 incontournables du Montréal 2.0 (La Presse, 2010). Je tiens ce carnet depuis 2004.

3 réponses à “Les hyperliens ont un concurrent : la citation !” Subscribe

  1. Anonymous 20 novembre 2004 à 14:48 #

    Merci pour cette explication. Pas mal intéressant!

    Stéphane Allaire (Ytsejamer)
    http://carnets.ixmedia.com/stephane

  2. Martin Lessard 21 novembre 2004 à 22:57 #

    Si vous êtes intéressé par les moteurs de recherche de citations:

    François Guité mentionne celui de Scirus;
    Britleycoloredfood liste Citeseer et IngentaConnect.

    Un complément d’info sur Google Scholar et l’accès aux documents académiques se trouve sur seacrchenginewatch.com

  3. Martin Lessard 9 décembre 2004 à 18:46 #

    http://schoogle.blogspot.com/ se veut un blog sur Google Scholar exclusivement. Intéressant à suivre!

Laisser un commentaire

5 points pour bien bâtir votre auditoire

À la question «Quels sont les éléments les plus importants pour bâtir son audience» posée par Olivier Lambert, j’avais répondu […]

Changement de cycle [4] / Internet est mort, vive les internets

Toute transition laisse apparaître par décantation les éléments moteurs qui alimenteront le cycle suivant. Ce billet clôt une série de quatre sur le changement de […]

Zéro Seconde a 10 ans!

En février 2014, mon blogue a soufflé ses 10 bougies. C’est une décennie complète à observer les impacts du numérique sur […]

Changement de cycle [3] / Deep Learning, robots et AI: à qui appartiendra l’économie de demain?

Changement de cycle [1]: Élites hors circuit numérique Changement de cycle [2] / Élites? Quelles élites? Changement de cycle [3] […]

Les médias sociaux en entreprise

Je vous invite au lancement de mon livre “Les médias sociaux en entreprise” que j’ai co-écrit avec Marie-Claude Ducas et Guillaume Brunet. Dépêchez-vous de […]

Pourquoi bloguer (dans un contexte d’affaires)

Voilà la couverture du livre dans lequel j’ai écrit le premier chapitre « Bloguer pour influencer ». Il est maintenant en pré-vente […]