Le numérique est au coeur de l’avenir du journalisme

Compte rendu de notes prises au colloque international sur l’avenir du journal indépendant.

J’ai repris les gazouillis sur Twitter. J’ai corrigé les coquilles quand je pouvais. Je ne peux garantir que les citations sont texto ce que la personne à dit mais, sauf erreur, c’est le message qu’ils ont passé.

Je ne vous conseillerais pas du tout de prendre ça pour des citations. Je sais que la journée a été captée sur vidéo: quelqu’un pourra faire alors le recoupement. [voir plus bas sur plus de contexte sur la prise de note]

M. Poulet n’a pu venir au colloque dû au décès de son père. Nos condoléances à la famille.

Vous pouvez lire mon billet d’hier sur le colloque pour plus de contexte: L’avenir de la presse indépendante passe par le journaliste-réseau


Picard: Le journalisme ne sera plus un média de masse

  • Keeping the same format for every news article: suits recycling. No wonder why people don’t find value there
  • Freelance doesn’t work very well at local level
  • Traditional news are the worst tool to serve small communities (85% of their expenses are non-editorial)
  • Times are not particularly good for retail advertisers; newspapers make their money with 2/3 retail ad
  • Advertising is becoming less important for marketers; they are going where they can have a better ROI
  • «News Press cultural problem: they want to do everything themselves (printing, etc). They will have to collaborate
  • Most news organizations won’t have 2 revenue sources: multiple sources
  • Every newspaper that went into bankruptcy in USA was making operating profits
  • Historic news business models: Emperor business elite, social elite, advertising based. Public interest not only version of news !
  • Essoufflement du modèle d’affaires de la presse des 30-50 dernières années, abusivement structuré autour de la pub
  • Journalists don’t like their publics. Don’t contact me, phone me, etc. That has to change.
  • The public was acted upon, not interacted with
  • Public won’t tolerate being passive anymore with Media’s one way communication
  • Sur le besoin de se rapprocher du lectorat vs vision élitiste de la presse et du journalisme aux XIXe et XXe siècle
  • Journalism will no longer be a mass media
  • When you look at current news orgs only 20% is doing what is defined as journalism.
  • Importance de repenser le rôle et l’impact de la presse, ainsi que du type d’information produit
  • Les médias d’info doivent hausser leurs standards pour assurer leur futur…

Dunlap: les journaux n’utilisent pas [à pleine capacité] les outils internet

  • I’m not saying that journalism shouldn’t be funded by government, I say that we should be precocious
  • Be careful when we make changes; about what we are gaining and what we are losing
  • The technology for customized info services is there and the newspapers are not using it.
  • Non-profit ownership news and training for journalists: St Petersburg Times owned by Poynter Institute

Plenel: Le numérique est au coeur de l’avenir du journalisme

  • Pour une dynamique collective en moment de crise (l’individualisme ne marche que lorsque tout va bien)
  • Éviter d’être dépendants de gros monopoles: laboratoires et recherches en commun pour réinventer la participation
  • Le numérique est au coeur de l’avenir du journalisme
  • La publicité figée de la presse papier aura-t-elle toujours la même pertinence à l’ère numérique ?
  • Schizophrénie du paiement sur papier et gratuit en ligne
  • Le numérique est au coeur de l’avenir du journalisme
  • Presse enjeu démocratique: la puissance publique ne doit pas s’en désintéresser (aide indirecte: détaxer abonnement)
  • C’est à nous journalistes de ne pas nous contenter de reprendre telle ou telle dépêche. «J’ai vu, je raconte»

Miel: «Blog isn’t anymore a distinctive factor; it is like saying something is written on paper»

  • Valeur du journalisme pour le public: Educate public on the role of media and on why it matters to have independant journalism
  • How far along “participatory media” are in complementing (or replacing) traditional Big Media http://bit.ly/9DFEyo
  • «Blog isn’t anymore a distinctive factor; it is like saying something is written on paper»
  • Ceasefire btwn bloggers and journalists not over.
  • «The question is not the survival of newspapers: it is who gonna report on local news»
  • Huge gap being left in new media: local news area


Honderich

  • Local sources provide no value for national publics. Correspondents necessary for local contextualization

Nivat: Pour se reprocher de la complexité de la réalité, il faut ralentir

  • «Les flux permanents de l’information formatée ne nourrissent pas»
  • Beaucoup moins cher d’envoyer un journaliste indépendant en Irak qu’un employé (moins responsabilisant aussi)
  • La compétence et la rigueur déterminent la valeur d’un communicateur, pas le support.
  • L’argent: être journaliste indépendant c’est pratiquer son métier avant de penser à l’argent
  • Pourquoi les journalistes classiques n’ont-ils pas compris qu’ils doivent s’ouvrir aux autres [blogueurs] et se différencier?
  • n’aurait pas fait ce chemin si elle avait été salariée d’un média
  • C’est le récit [journalistique] et le récit, ça ne s’invente pas
  • Si les reporters de guerre ne vont plus sur le terrain, ce sera la communication de presse des armées qui prendra la relève
  • «l’État français ne veut pas médiatiser l’affaire du kidnapping des 2 journalistes en Afghanistan»
  • Donner la parole à un haut gradé de l’armée américaine et à un jihadiste dans un même article ne rend pas objectif
  • Pour se reprocher de la complexité de la réalité, il faut ralentir
  • En journalisme, «il n’y a que le terrain qui compte»
  • Les guerres, ça lasse, dixit Anne Nivat. Lorsque tout a été couvert une fois, en parler ne vaut plus la peine ?
  • War insurance is of no utility, absolutely no guarantee

Commentaires

Michel Dumais au micro: dans l’atomisation de la chaîne économique de la presse, y a-t-il de la place pour le journaliste indépendant/entrepreneur?
(Frédéric Bascuñana sur Twitter: «oui, ça s’appelle un blogueur qui a trouvé son audience 🙂 Non ?»)
Et Picard sur la scène de répondre: -«Freelance doesn’t work very well at local level»

Prise de notes

Les prises de notes sur Twitter viennent principalement de Josée Plamondon et moi. Il y avait aussi Alexandre Cayla, Hugo Prévost et Marc Ouimet qui ont pris des notes en ligne. Les autres participants ont choisi le papier et les notes sont définitivement perdues pour tous.

Les interventions de la salle étaient de très haut niveau. Je me suis même dit que toutes ces têtes, si elles pouvaient rester connecté après l’événement serait très utiles pour trouver des solutions à la crise des médias.

Sur les hastags

Comme il n’y avait pas de hastags déterminés par les organisateurs de l’événement, la négociation s’est fait d’une façon botton-up: quelques gazouillis échangés puis on s’est entendu sur #cji. Pendant un certain temps, il y avait #BAnQ (le colloque se passait à Grande Bibliothèque) et #Mediasindependants.

Le choix du hashtag doit répondre à 2 critères, je crois: représenter clairement l’événement et être court. Avec un nom comme «Colloque international sur l’avenir du journal indépendant: Vue de l’esprit ou phare de la démocratie ?», il fallait s’entendre sur les mots pertinents avant de choisir l’acronyme.

Le choix du lieu #BAnQ semblait bien, uniquement parce qu’il est déjà normalisé, mais il n’exprime pas assez clairement l’événement. C’est celui que Josée et moi utilisions d’un commun accord avant de trouver les autres gazouilleurs dans la salle.

On pourrait penser aussi que #BAnQ aurait trop de bruit (d’autres gazouilleurs utilisent aussi ce tag, puisqu’il est associé à un lieu), mais un tag de lieu n’est jamais très bruyant (car les gazouillis sont dispersés dans le temps) alors que les hashtags d’événement sont des coups de fusil: ils délogent (temporairement) les autres oiseaux qui piaillent…

Mise à jour (16 mars 2010): autres liens d’intérêt
Couve, Lapoix, Raphaël: le journalisme entrepreneurial en débat Owni.fr Sabine Blanc (12 mars 2010)

Conférencier, consultant en stratégie web et réseaux sociaux, chargé de cours. Nommé un des 8 incontournables du Montréal 2.0 (La Presse, 2010). Je tiens ce carnet depuis 2004.

Pas de commentaires pour le moment.

Laisser un commentaire

5 points pour bien bâtir votre auditoire

À la question «Quels sont les éléments les plus importants pour bâtir son audience» posée par Olivier Lambert, j’avais répondu […]

Changement de cycle [4] / Internet est mort, vive les internets

Toute transition laisse apparaître par décantation les éléments moteurs qui alimenteront le cycle suivant. Ce billet clôt une série de quatre sur le changement de […]

Zéro Seconde a 10 ans!

En février 2014, mon blogue a soufflé ses 10 bougies. C’est une décennie complète à observer les impacts du numérique sur […]

Changement de cycle [3] / Deep Learning, robots et AI: à qui appartiendra l’économie de demain?

Changement de cycle [1]: Élites hors circuit numérique Changement de cycle [2] / Élites? Quelles élites? Changement de cycle [3] […]

Les médias sociaux en entreprise

Je vous invite au lancement de mon livre “Les médias sociaux en entreprise” que j’ai co-écrit avec Marie-Claude Ducas et Guillaume Brunet. Dépêchez-vous de […]

Pourquoi bloguer (dans un contexte d’affaires)

Voilà la couverture du livre dans lequel j’ai écrit le premier chapitre « Bloguer pour influencer ». Il est maintenant en pré-vente […]