Le TJ de 140 caractères

Le vert est passé au rouge, puis au noir. La planète a pu voir monter et retomber un élan populaire porté par les nouveaux réseaux numériques. Par manque de courage politique, l’élite n’a pas suivi. Cette fois-ci l’Iran a perdu. Mais l’opinion publique a gagné.

En 1972, McCombs et Shaw ont inventé le terme « agenda-setting » pour décrire la fonction des médias de masse qui « exercent un effet considérable sur la formation de l’opinion publique, en attirant l’attention de l’audience sur certains évènements et en en négligeant d’autres. L’agenda setting « n’est pas de dire aux gens ce qu’ils doivent penser, mais sur quoi ils doivent concentrer leur attention ».

Il existerait « une relation entre l’ordre hiérarchique des évènements présentés par les médias et la hiérarchie de signification attachée à ces mêmes problèmes de la part du public et des politiciens. » (citation : Judith Lazar « La science de la communication » , 1992)

Twitter pour diriger l’attention
Les théoriciens de la communication assumaient alors une coupe franche entre l’état de journaliste et l’état de lecteur. Le premier propose et le second dispose. Cette séparation tient-elle depuis l’arrivée de l’auto-publication (blogues, micro-blogging)? Les communications sur le web social agissent comme un percolateur de « sujets d’actualité », qui fait remonter une information à la surface.

L’écosystème de l’information se transforme avec l’arrivée du réseau: « Twitter et facebook sont les premiers niveaux d’une ‘réflexion’ qui apparaît et s’élabore là, en vrac, sur les réseaux ; puis se cristallise en s’organisant dans les blogues; puis se sédimente dans les revues papier.” (Sylvère Mercier)

Une info sans contexte
« L’info n’arrive plus ficelée comme un paquet soigné sous forme d’article avec un début (lead disent les Anglo-saxons), un milieu et une fin, ce qui implique un minimum de synthèse et d’organisation. Pauvre Aristote ». (Francis Pisani).

Ce qui est nouveau, c’est que les « premières interprétations ne sont plus le monopole des « têtes parlantes » qui pullulent sur nos écrans télé.» continue-t-il. Une information journalistique, il faut comprendre, vient généralement avec son interprétation.

Quand elle arrive via le réseau social, surtout si le lecteur y est exposé là en premier, il se trouve exposé à une interprétation non institutionnelle, ou pire, sans contexte, donc obligé de se faire une première opinion à chaud. Cette opinion, si elle se voit confortée ailleurs dans son réseau, renforce le destinataire à vouloir parfois contester celle des médias ou des organes officiels.

RT, RT, il restera toujours quelque chose
On l’a vu, depuis 1 semaine, les Iraniens ont maintenu à bout de bras (à bout de tweets) la notion que les élections ont été volés. À lire les journaux qui parlaient de président sortant comme réélu alors que la rue s’embrassait, on se demande si eux aussi ne faisaient pas dans le RT (re-tweet) aveugle…

Mais heureusement, avec Twitter, les journalistes ont pu reprendre le contact avec les événements (aidés par mille yeux et mille bras). La greffe semble prendre…

Conférencier, consultant en stratégie web et réseaux sociaux, chargé de cours. Nommé un des 8 incontournables du Montréal 2.0 (La Presse, 2010). Je tiens ce carnet depuis 2004.

4 réponses à “Le TJ de 140 caractères” Subscribe

  1. Bibliobsession 26 juin 2009 à 11:31 #

    Salut Martin ! Merci pour ce billet, et la citation ! Il faut en fait rendre à Daniel ce qui lui appartient, je n’ai fait que reprendre un de ses billets en citation ! voilà la source : http://detoutsurrien.wordpress.com/2009/04/21/sediments/

  2. Anonymous 26 juin 2009 à 20:21 #

    Reste qu’on peut s’interoger dans le cas de l’Iran sur qui sont ceux qui écrivent et si ils sont représentatif « Des Iraniens ».

  3. Martin Lessard 28 juin 2009 à 04:13 #

    Anonyme, je crois que l’on peut être d’accord sur une seule chose: la représentativité est la chose la plus compliquée qui soit.

  4. Nomade sur mon divan 2 juillet 2009 à 14:51 #

    La manipulation de l’information est toujours d’actualité, sur Internet comme ailleurs. Pour ma part, j’aime bien voir des médias comme CNN intégrer Twitter comme source d’information et d’interaction avec les téléspectateurs. À 140 caractères, les tweets du public sont apparemment plus faciles à gérer que les appels téléphoniques.

Laisser un commentaire

5 points pour bien bâtir votre auditoire

À la question «Quels sont les éléments les plus importants pour bâtir son audience» posée par Olivier Lambert, j’avais répondu […]

Changement de cycle [4] / Internet est mort, vive les internets

Toute transition laisse apparaître par décantation les éléments moteurs qui alimenteront le cycle suivant. Ce billet clôt une série de quatre sur le changement de […]

Zéro Seconde a 10 ans!

En février 2014, mon blogue a soufflé ses 10 bougies. C’est une décennie complète à observer les impacts du numérique sur […]

Changement de cycle [3] / Deep Learning, robots et AI: à qui appartiendra l’économie de demain?

Changement de cycle [1]: Élites hors circuit numérique Changement de cycle [2] / Élites? Quelles élites? Changement de cycle [3] […]

Les médias sociaux en entreprise

Je vous invite au lancement de mon livre “Les médias sociaux en entreprise” que j’ai co-écrit avec Marie-Claude Ducas et Guillaume Brunet. Dépêchez-vous de […]

Pourquoi bloguer (dans un contexte d’affaires)

Voilà la couverture du livre dans lequel j’ai écrit le premier chapitre « Bloguer pour influencer ». Il est maintenant en pré-vente […]