Television sur internet

« Peut-elle être assujettie aux mêmes règles que la télévision traditionnelle? »

Mouse Trap.JPG - http://flickr.com/photos/billselak/427719926/Au Canada le débat est miné.

Le paysage audiovisuel canadien, lourdement subventionné, miné de toutes parts par des conventions corporatives, bâti sur une schizophrénique prémisse autistique (il existerait une culture canadienne, qui est en fait double et transparente l’une à l’autre, basée pour l’une sur une volonté de se différencier de son voisin américain et sur l’autre de se reconnaître dans une mer anglophone), ce paysage est une construction artificielle complètement réglementée.
Internet est tout son contraire.

Que veut dire alors la « télévision sur internet » au Canada? Quand le CRTC, un « organisme public indépendant chargé de réglementer et de superviser la radiodiffusion et les télécommunications » fait des audiences sur le sujet, c’est comme donner un coup de pied dans un ruche d’abeilles.

On pourrait résumer l’enjeu de cette façon:

Si internet offre une « concurrence déloyale » aux radiodiffuseurs, alors :
– soit internet doit aussi être réglementé,
– soit les radiodiffuseurs doivent être déréglementés.

Les logiques implacables en jeu sont alors les suivantes :

– Les associations d’artistes sont dans la position intenable de demander de réglementer internet (du moins, de prouver les « effets pervers de l’Internet sur la profession de leurs membres » (voir le billet de Yannick sur la lettre sans équivoque de l’association des réalisateurs régionale), moitié par ignorance, moitié par intérêt vital.

– Les regroupements de télédiffuseurs devront défendre l’évidence : pour avoir une déréglementation dans leur secteur, ils laisseront Internet non réglementé au risque de perdre de l’argent en se phagocytant (déplacer leur clientèle payante vers un canal « gratuit »), mais en gagnant les coudées franches pour pouvoir engranger seul les profits.

– Les télécoms, via leurs fournisseurs d’accès internet, seront poussées par leur actionnariat à réclamer l’arrêt de la neutralité du net –même si ça veut dire tuer le net. (voir le billet de Michael Geist sur l’importance des audiences sur la neutralité du réseau)

– Et le géant du web, Google, doit absolument défendre la neutralité du net pour la simple et bonne raison que le chaos régnant sur le réseau rend son service de recherche incontournable.

Les audiences publiques commencent la semaine prochaine.

Plus d’info:
CRTC – Avis de consultation et d’audience La radiodiffusion canadienne par les nouveaux médias
Les affaires – Le CRTC sommé de réglementer les nouveaux médias
Autres articles sur CRTC sur Zéro Seconde

Conférencier, consultant en stratégie web et réseaux sociaux, chargé de cours. Nommé un des 8 incontournables du Montréal 2.0 (La Presse, 2010). Je tiens ce carnet depuis 2004.

Pas de commentaires pour le moment.

Laisser un commentaire

5 points pour bien bâtir votre auditoire

À la question «Quels sont les éléments les plus importants pour bâtir son audience» posée par Olivier Lambert, j’avais répondu […]

Changement de cycle [4] / Internet est mort, vive les internets

Toute transition laisse apparaître par décantation les éléments moteurs qui alimenteront le cycle suivant. Ce billet clôt une série de quatre sur le changement de […]

Zéro Seconde a 10 ans!

En février 2014, mon blogue a soufflé ses 10 bougies. C’est une décennie complète à observer les impacts du numérique sur […]

Changement de cycle [3] / Deep Learning, robots et AI: à qui appartiendra l’économie de demain?

Changement de cycle [1]: Élites hors circuit numérique Changement de cycle [2] / Élites? Quelles élites? Changement de cycle [3] […]

Les médias sociaux en entreprise

Je vous invite au lancement de mon livre “Les médias sociaux en entreprise” que j’ai co-écrit avec Marie-Claude Ducas et Guillaume Brunet. Dépêchez-vous de […]

Pourquoi bloguer (dans un contexte d’affaires)

Voilà la couverture du livre dans lequel j’ai écrit le premier chapitre « Bloguer pour influencer ». Il est maintenant en pré-vente […]